Club

25 janvier 2022, 08h10

Eusébio da Silva Ferreira

Un icône ! Un roi ! Une légende ! Eusébio da Silva Ferreira restera à jamais gravé dans nos mémoires comme la plus grande figure de la Glorieuse Histoire du Sport Lisboa e Benfica. Ce mardi 25 janvier, il aurait fêté ses 80 ans, lui qui nous a laissé le 5 janvier 2014.

"Je suis né pour jouer au football !" – Ce sont les paroles émotives, pleines de convictions, d''Eusébio qui a été 15 ans au service du Benfica. "Quand j'entrais sur le terrain, je regardais le public... qu'ils soient 50 mille ou 200 mille personnes, je n'avais pas peur, je voulais montrer mon football pour que le public soit content" – et c'est ce qu'il a fait !

C'est dans le quartier de Mafalala, l'un des plus pauvres de Maputo, la capitale du Mozambique et anciennement Lourenço Marques, qu'il a commencé à jouer au ballon, dans la rue. Au Desportivo de Lourenço Marques, filiale du Benfica au Mozambique, il a eu son premier rapprochement avec le football et les règles de l'époque, après un début dans l'équipe "Os Brasileiros".

"Quand j'entrais sur le terrain, je regardais le public... qu'ils soient 50 mille ou 200 mille personnes, je n'avais pas peur, je voulais montrer mon football pour que le public soit content!"

Eusébio da Silva Ferreira

La fin de son expérience dans la filiale du SL Benfica l'a mené au Sporting de Lourenço Marques, où il a marqué 77 buts en 42 matches disputés, entre 1957 et 1960. Un Benfica tenace l'a fait venir à Lisbonne en cachette, sous le nom de code Ruth, au vu de la dispute avec Sporting pour son recrutement, en décembre 1960.

Eusébio a fait ses premiers pas officiels avec le maillot des aigles au Estádio da Luz le 1er juillet 1961, contre le Vitória de Setúbal, pour le match retour des huitièmes de finale de la Coupe du Portugal, où il a été titulaire et a inscrit un but dans la défaite par 4-1 : le SL Benfica avait joué avec une équipe secondaire après avoir remporté, le 31 mai 1961, sa première Coupe des Clubs Champions Européens, à Berne, contre Barcelone (3-2).

Eusébio

Avec le Manteau Sacré, Eusébio a été surnommé la Panthère Noire, ayant inscrit 638 buts en 614 matches (une moyenne supérieure à un but par match).

En majorité, les buts ont été inscrits avec le ballon en mouvement (457), mais aussi de plusieurs autres façons : coups de pieds arrêtés (181), dans la surface (472), hors de la surface (166), avec les pieds (574), de tête (61), d'autres parties du corps (3), coups francs directs (46) et penalties (74).

Eusébio

Les 10 Championnats Nationaux, les cinq Coupes du Portugal, une Coupe des Clubs Champions Européens et les cinq Coupes d'Honneur de Lisbonne traduisent son engagement avec et pour le Club.

Ballon d'Or avec les aigles

En 1965, Eusébio est devenu le premier joueur portugais à remporter le Ballon d'Or, un titre qui échappe encore aujourd'hui aux joueurs des clubs portugais. La Panthère Noire est aussi arrivée en deuxième position à deux reprises, en 1962 et 1966, une année où elle a vu l'Anglais Bobby Charlton remporter le prix par un vote (81 contre 80).

Eusébio

Le King, comme il a commencé à être surnommé par les Benfiquistas et pas seulement, a montré ses dons avec le ballon rond en Europe : 46 buts en Coupe des Champions Européens et la distinction de meilleur buteur dans les éditions de 1964/65, 1965/66 et 1967/68, avec neuf, sept et six buts, respectivement.

... et deux Souliers d'Or

Le 29 octobre 1973, Eusébio a écrit une nouvelle page de gloire dans l'Histoire du football européen en remportant, pour la deuxième fois de sa carrière, le prix de Soulier d'Or, attribué depuis 1967/68 par le journal L'Équipe et qui récompense le meilleur buteur des championnats européens.

Eusébio 

Il a montré le Portugal au monde

Si Eusébio était déjà une grande figure à l'époque avec ses performances sportives au Benfica, le mythique buteur portugais a gagné encore plus en grandeur avec la façon dont il a mené la Sélection Nationale et le nom du Portugal à son meilleur classement en Coupe du Monde, plus concrètement en 1966, où il a remporté le Soulier d'Or de la compétition avec neuf buts inscrits.

Eusébio

Le Portugal a perdu contre l'Angleterre, hôte de la compétition, en demi-finale (2-1).

Eusébio

Au service de la Sélection Nationale depuis le 8 octobre 1961, date du match contre le Luxembourg (victoire du Luxembourg 4-2) pour la qualification en Coupe du Monde, Eusébio da Silva Ferreira a totalisé 64 internationalisations, 5594 minutes et 41 buts inscrits. Le dernier match avec le maillot du Portugal a eu lieu le 13 octobre 1973, où la Panthère Noire a été capitaine de la Sélection Nationale lors du match nul (2-2) contre la Bulgarie, au Estádio da Luz, pour la qualification à la Coupe du Monde 1974.

Une statue pour un immortel

Eusébio a continué sa carrière aux États-Unis en 1975, au Boston Minutemen. Avant de terminer sa carrière, il est aussi passé par le Monterrey (Mexique), le Toronto Metros-Croatie (Canada), le Beira-Mar, le Las Vegas Quicksilvers (États-Unis), l'União Tomar, le New Jersey Americans et le Buffallo Stallions (États-Unis).

Mais c'est au Benfica qu'il a laissé le plus de nostalgie et de reconnaissance, devenant un ambassadeur du Club dans le monde entier. Il a également été entraîneur adjoint des aigles.

Eusébio

Une statue devant l'ancien Estádio da Luz a été inaugurée à l'occasion des 50 ans d'Eusébio, le 25 janvier 1992.

Le nouveau Stade, inauguré le 25 octobre 2003, a placé la statue du Roi devant la porte 18, devenant ainsi un point incontournable pour tous ceux qui visitent le complexe du Benfica.

Un adieu éternel !

Le Portugal et le monde entier se sont réveillés en état de choc le 5 janvier 2014 avec la nouvelle du décès d'Eusébio da Silva Ferreira.

Dans ce qui est l'une des pages les plus tristes de l'Histoire centenaire du Sport Lisboa e Benfica, des supporters de tous les clubs, de toutes les nationalités, d'équipes venant des quatre coins du monde, sont venus rendre hommage au King, en mémoire de tout ce qu'il a accompli.

Eusébio

Sa statue a été recouverte d'écharpes, de plusieurs clubs, de couronnes de fleurs et de messages remplis d'émotions. Un Mausolée a été construit pour protéger la statue. Plus tard, tout a été recueilli par le Benfica, qui, au Musée Benfica – Cosme Damião, remémore la carrière d'Eusébio dans un espace qui est entièrement dédié à sa vie, notamment sportive.

 

Eusébio au Panthéon National

Historiquement et pendant plusieurs années, le Portugal a été connu comme le pays d'Amália Rodrigues et d'Eusébio da Silva Ferreira. Ils demeurent désormais au Panthéon National, un monument qui accueille et qui rend hommage à certaines des plus importantes personnalités de l'Histoire et de la Culture portugaise.

Eusébio

 

Eusébio da Silva Ferreira est entré au Panthéon National le 3 juillet 2015.

Eusébio

"Eusébio n'est pas mort, il s'est absenté physiquement !"

António Simões, glória do Benfica

Dans cette cérémonie, plusieurs éléments des Organes Sociaux du Benfica étaient présents, à l'époque sous la Présidence de Luís Filipe Vieira, ainsi que beaucoup de personnalités qui ont eu l'occasion de connaître et de faire partie de la vie d'Eusébio à l'intérieur et à l'extérieur des terrains, comme Humberto Coelho, João Vieira Pinto, Shéu Han, l'actuel Président du Sport Lisboa e Benfica, Rui Costa, ou encore António Simões, qui a affirmé en parlant de celui qui l'avait surnommé de "frère blanc" : "Eusébio n'est pas mort, il s'est absenté physiquement !"

Eusébio repose dans la salle 2 du Panthéon National, aux côtés d'Aquilino Ribeiro (écrivain), Sophia de Mello Breyner (écrivaine) et Humberto Delgado (militaire et politicien).

INFOGRAPHIE DU ROI

Infografia títulos

Texte: Rui Miguel Gomes
Photos: Archive/ SL Benfica
Dernière actualisation: mercredi 29 juin 2022

À lire aussi

Nous utilisons des cookies pour enrichir votre expérience de navigation.
En continuant à naviguer sur notre site vous acceptez notre politique d'utilisation de cookies.

Accepter